Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Gouache originale de Génia Minache

25 juillet 2007 | Gouache originale de Génia Minache

Gouache originale de Génia Minache de la série "Terres latines" de 1970 (deux ans avant sa mort). Gouache numéro 2 "Nature Morte Vénitienne".

Génia Minache est née à Saint Pétersbourg en 1907, elle est morte en 1972 à Paris. Après la révolution Génia évacue avec l'armée blanche à Constantinople. Sa famille s'installe à Prague, puis à Paris. Dans les années 30, elle étudie à Paris à l'Ecole Nationale des Arts Décoratifs. Durant ses études elle se lie avec les peintre A. Auxente et M Riabouchinsky. En 1934 elle expose avec A. Auxente à la galerie Berheim. Elle expose en 1936 à la galerie Zak à l'exposition des artistes russes. Sa première exposition personnelle date de 1949 à la galerie J. Allard.
Dans les années 60, elle participe activement aux ventes de charité au profit de la
"Maison pour enfants russes" de Montgeron, près de Paris. Quelques mois après sa mort, ses tableaux ont été dispersés à la salle des ventes Drouot à Paris.

e4c94bb216e08abba08fdad85f6f0973.jpg



Génia Minache est surtout connue comme illustratrice de livres. On lui doit entre autres : La religieuse, Les bijoux indiscrets édité en 1969-1970 chez A. Vial. Le Kama-Sutra en 1960. Les Robaïyat de Omar Khayym en 1957. Les Chansons de Bilitis aux Propylées en 1947, etc
Sources : Aristes de l'émigration russe dictionnaire biographique de O. Leikind, C.Makhrov, D.Severioukhine. Edition Notabene Saint-Pétersbourg 1999.

19:10 Publié dans Peintres, Sculpteurs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : minache, génia minache

Commentaires

Bonjour
Je collectione les peintres russe d`emigration.
Je suis interesse par gouache de Genia Minacha .
Merci

Écrit par : bilous | 16 août 2007

Bonjour,
Merci de votre message. Les livres, archives et photos font partie de ma collection et ne sont pas en vente.

Écrit par : bibliophilierusse | 17 août 2007

Les commentaires sont fermés.