Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Kazem Bek - La Russie, les Mladorossy et l'émigration

10 juin 2007 | Kazem Bek - La Russie, les Mladorossy et l'émigration

Brochure éditée en 1936 à Paris par le mouvement des "Jeunes Russes", les Mladorossy, dirigés par Kazem Bek.
"Ligne générale du parti Mladoros - Alexandre Kazem Bek - La Russie, les Mladorossy et l'Emigration- édition du parti des mladorossy
"

medium_Kazem_bek_004.jpg



Brochure de 96 pages reprenant les discours d'Alexandre Kazem Bek et des chefs du parti Mladoros durant l'année 1935.
"Ce mouvement nationaliste naquit en 1923 sous l'apellation "Union de la Jeune Russie" ; à partir de 1925 il prit celle de "Face à la Russie" (Litsom k Rossii), tout en gardant à ses adeptes le néologisme percutant de mladorossy, fabriqué sur celui des "Jeunes Turcs". L'accent mis sur les vertus du nationalisme et sur la jeunesse lui valurent un certain succès et une vie assez longue (il survécut au naufrage de l'eurasianisme), malgré l'absence en son sein de personnalités marquantes et en dépit de son idéologie incohérente qui s'ingéniait à combiner bolchévisme et monarchisme. Comme les "Eurasiens", les "Jeunes Turcs" russes se démarquaient nettement de l'émigration : "L'avenir russe se trouve dans la Russie nouvelle, que nous appelons la Jeune Russie" écrivait le porte-parole des mladorossy, Alexandre Kazem Bek.

medium_Kazem_bek_006.jpg

Alexandre Kazem Bek

"Nous ne cherchons pas à nous consoler par la fiction artificielle d'une Russie hors frontières. Nous savons que cette Russie n'existe pas, qu'il n'y a pas deux Russies." A l'instar des smenovekhovtsi, les "Jeunes Turcs" russes veulent croire qu'"en dépit de sa propre doctrine, le bolchévisme est contraint de préserver l'existence internationale de la Russie. Certes c'est une eau dormante, mais, comme dans le conte, ell préserve le corps du preux de la décomposition". Rejetant toute idée d'intervention militaire et de lutte armée, ils s'imaginaient constituer un second parti soviétique, une opposition révolutionnaire par rapport au parti au pouvoir, et rêvaient de consilier un jour "le tsar et les soviets", estimant que seule une monarchie au dessus des partis pourrait apporter la réconsiliation nationale. L'impact des mladorossy ne fut guère important, mais c'est dans leur milieu que se formèrent beaucoup de ceux qui allaient en 1945, se muer en "patriotes soviétiques".

Source : N.Struve - Soixante-dix ans d'émigration russe 1919-1989- Fayard 1996

06:35 Publié dans Associations, écoles, unions russes, Monarchie, noblesse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : kazem bek, politique, littérature, russie

Les commentaires sont fermés.