Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Envoi de Boris Zaitsev sur la "Nouvelle Revue"

18 mai 2007 | Envoi de Boris Zaitsev sur la "Nouvelle Revue"

Envoi de Boris Zaitsev sur un extrait de la revue "La Nouvelle revue" (The New Review), revue littéraire trimestrielle de l'émigration russe paraissant depuis 1941 aux Etats-Unis. "La Nouvelle Revue" a publié les plus grands auteurs, critiques, théologiens, poètes et écrivains russes de l'après guerre (Ivan Bounine, Zaitsev, Aldanov, Gazdanov, Evreinoff, Nicolas Berdiaev, Veidlé, Odoevtseva, Touroveroff etc etc. Les rédacteur furent M Karpovitch, Marc Aldanov, M. Tsetline. La couverture est dessinée par Mstislav Doboujinsky

" Chers Marie Nicolaevna et Vladimir Alexandrovitch Verechtiaguine avec mes meilleurs sentiments amicaux" Boris Zaïtsev 6 juin 1965."

Cet envoi a été envoyé sur un chapitre découpé de la revue n° 78 de 1965 ( pratique assez courante dans l'émigration russe car les exemplaires d'auteur étaient distribués avec parcimonie, même dans les années soixantes visiblement) concerne un chapitre du roman de Boris Zaïtsev "Le fleuve des temps" Boris Zaitseff émigre en 1921 tout d'abord à Berlin puis à Paris en 1924. Il publie des articles en Russie. Il publie plusieurs recueils de nouvelles. En 1921 il travaille à Moscou à la célèbre "Boutique de livres des écrivains". Jusqu'à sa vieillesse il écrira des récits, des romans, des biographies, des nouvelles toujours accueillis avec un grand succès par les lecteurs russes émigrés. (Encore aujourd'hui ses livres sont relativement faciles à trouver dans leur édition originale). Boris Zaïtseff est un écrivain classique, dans la tradition de Tourgueniev ou de Tchékov. Il traduisit "La Divine comédie" de Dante en russe, traduction commencée déjà en Russie. Les récits de Boris Zaitseff, souvent situés en Russie, décrivent une vie simple, détachée de la course aux biens matériels. Il parle des émigrés, des déracinés, son oeuvre est traversée par un sentiment religieux de détachement et de générosité.

22:00 Publié dans Revues, journaux, Zaïtseff Boris | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : boris zaitsev

Les commentaires sont fermés.