Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Chronique des évènements en cours" samizdat

27 novembre 2006 | "Chronique des évènements en cours" samizdat




"Chronique des évènements en cours" n° 19 daté du 30 avril 1971. Quatrième année de parution.

Revue clandestine publiée en samizdat en URSS par le mouvement de défense des droits de l'homme en URSS.



Samizdat : "autoédition", par opposition à gosizdat "édition d'Etat". Ensemble des techniques (manuscrit, dactylographie, photocopie, microfilm, textes recopiés à la main) utilisées en U.R.S.S. pour reproduire des textes interdits par le régime soviétique et sa censure.

Le samizdat a permi de diffuser des livres d'auteurs dissidents (Grossman, Soljenitsyne, Siniavski, Brodski, Maksimov etc), des pamphlets politiques (V. Ierofeïev, V. Voïnovitch), des travaux historiques ou sociologiques, comme ceux de Sakharov, Medvedev, "anticonformistes", des périodiques (Syntaxis, Chronique des évènements en cour, Kultura), des textes religieux ou de penseurs et théologiens russes éxilés en occident ainsi que des oeuvres occidentales non éditées en U.R.S.S, ou des textes des écrivains émigrés russes interdits sur le territoire soviétique.

Cet exemplaire de la revue porte un extrait de la déclaration universelle des droits de l'homme, art 19.
Exemplaire sur papier fin de 22 pages portant sur l'arrestation de Vladimir Boukovsky, les syndicats libres, les poursuites et persécutions extra judiciaires, le mouvement des juifs pour l'émigration en Israêl, les films interdits, les notes de Vladimir Guerchouni parvenue de sa prison-hôpital psychiatrique, et les chroniques des évènements en cours.

Les exemplaires de la revue étaient ronéotés et circulaient de main en main parmi l'intelligentsia.
Quelques exemplaires parvenaient en occident, mais leur impact était faible, car l'opinion publique n'était pas prête à entendre cette autre réalité soviétique. Les mouvements dissidents russes trouvaient des appuis dans la diaspora russe, qui parvenait à faire passer de nombreux manuscripts à travers le rideau de fer.

Les rédacteurs du samizdat risquaient l'hôpital psychiatrique et ses traitements inhumains, ou de longues années de camp de travail, leurs conjoints et enfants étaient persécutés.

Une grande majorité de la diaspora russe ( à l'exception de quelque-uns qui collaboraient ou faisaient du commerce avec l'URSS),
s'efforçait de rompre le mur de silence qui entourait ces dissidents de l'intérieur.

22:55 Publié dans Revues, journaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chronique des évènements en cours, samizdat

Les commentaires sont fermés.