Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nathalie Parain "Les Jeux en images" 1933

26 novembre 2006 | Nathalie Parain "Les Jeux en images" 1933

Album du père Castor illustré par Nathalie Parain. Livre broché (27 cm x 27 cm). Couverture rigide, 24 pages. Edité en 1933
"Les jeux en images" petits poèmes de Rose Celli

Née à Kiev, Nathalie Parrain épouse en 1926 l'attaché culturel de l'ambassade de France et émigre à Paris.
Elle a illustré plus d'une douzaine d'album pour enfants chez Flammarion dans la série du "Père Castor".
En 1944, elle reçoit le Prix de l'Académie des Beaux Arts.


Source : Dictionnaire biographique des artistes de l'émigration russe 1917-1939 de O.L Lijkind, K.V Makhrov, D.J Severioukhine. Saint-Pétersbourg 1999





Marianne BESSEYRE et Marie-Thérèse GOUSSET
Bibliothèque nationale de France


Les albums pour enfants illustrés par des émigrés russes dans les années 1930, sous l’impulsion du libraire français Paul Faucher, alors en quête d’une forme éditoriale véritablement adaptée aux besoins pédagogiques et aux intérêts enfantins, sont indissociables des courants avant-gardistes et de la création foisonnante qu’ont connus ces artistes dans leur pays avant leur arrivée en France.


Ce « livre nouveau » inspiré du modèle soviétique, bon marché mais d’une esthétique exigeante, est évolutif et périssable ; il invite à une lecture active et créative à partir de jeux d’assemblages et de construction, d’où le choix de l’animal éponyme des « Albums du Père Castor ». Nathalie Parain, formée aux Vhutemas de Moscou où enseignaient les constructivistes, dans l’atelier de Kontchalovski, donne dès 1931 une impulsion décisive à la collection en attirant par son style d’autres illustrateurs « qui n’avaient pas songé jusqu’alors que le livre d’enfants était digne de leur talent »[1] : autour d’elle, collaborant parfois[2], H. Guertik, F. S. Rojankovski, A. Exter, contribuent au succès de l’entreprise de Paul Faucher. Ils se nourrissent en particulier de l’expérience de Lebedev et Bilibine dans le domaine de la littérature enfantine, et diffusent certaines idées du Bauhaus, mais aussi du Stijl, dans l’espace pictural renouvelé de leurs albums : l’emploi d’une grammaire des formes simplifiée, basée sur des figures géométriques élémentaires et universelles (le rond, le carré, le triangle, le cylindre) associé à l’usage de couleurs pures, procure au dessin visibilité et force de caractère[3]. Ces motifs en à-plats que n’enferme plus le cadre de la page se prêtent à d’infinies combinaisons et métamorphoses, et « appellent » le ciseau[4]. D’autres planches usent de la technique cubiste pour rendre le volume des objets de la vie quotidienne[5]. Équilibrant une palette souvent vive, vides et blancs sont employés parfois pour « réserver » une forme et en laisser jaillir la silhouette de la page, comme en négatif, mais avec une vigueur et un modelé accrus. Car ni la stylisation ni l’épure de ces livres d’artistes n’ont pour corollaire un manque de sensibilité ou de réalisme, bien au contraire, selon le témoignage même de Paul Faucher : « Les dessins qui, tels ceux de Nathalie Parain communiquent à l’image sa plénitude, la couleur et la poésie des choses, ne peuvent qu’inciter l’enfant à mieux voir et à mieux sentir[6]. »

21:40 Publié dans Livres pour enfants, Peintres, Sculpteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Rose Celli, nathalie parain, album du père castor

Les commentaires sont fermés.