Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Aquarelle de Jean Pougny

01 août 2007 | Aquarelle de Jean Pougny

Petite aquarelle de Jean Pougny représentant une baraque de foire.

Jean Pougny (ou Ivan Puni) est né en février 1892 près de Saint-Pétersbourg, il est mort en décembre 1956 à Paris.
Il faudrait un ouvrage en plusieurs tomes pour explorer toutes les facette de cet artiste étonnant. Il est passé du suprématisme (il fut le coauteur avec Malévitch du fameux manifeste du suprématisme), au cubisme, au futurisme. Il sculpte des reliefs-peintures, grave des séries de linogravures etc etc.

Cette petite aquarelle appartient à sa dernière période se rapprochant du postimpressionisme ou de Vuillard.


Jean Pougny est issu d'une famille de musiciens d'origine italienne. Entre 1910 et 1912 il vit à Paris voyage et visite l'Italie.
A Saint-Pétersbourg il cotoie Malévitch, Khlebnikov, Larionov. Il peint dans les styles fauves ou cubistes. En 1918 Marc Chagall l'invite enseigner à Vitebsk. En 1919 il fuit la Russie par le golfe de Finlande gelé et se réfugie en Finlande dans l'attente d'un visa pour Berlin. De 1919 à 1923 il fait partie intégrante de l'avant-garde artistique et littéraire en Allemagne (expo personelle à la galerie Der Sturm).

A partir de 1923, il vit à Paris. Il expose aux Tuileries, chez Katia Granoff, Bernheim. En 1933 Paul Guillaume lui organise une exposition à la galerie Jeanne Castel.



" Jean Pougny a laissé son atelier, caravansérail d'étoffes, de pianos vides, de guitares gobées, de tapis rongés, de faiences multicolores, de coquillages, de masques, de meubles en rotin, d'affiches de cirques, de chats parachutistes et de faux fruits en céramique.

Ce sont les coulisses de Comédie italienne qui tiendraient compte de la poussière sacrée des Dépôts et Consignations, du Bureau des Songes perdus, des gares surréalistes et des Ballets russes...

Mais surtout il a laissé ses petites toiles extraordinaires aux formats absurdes que les peintres seuls comprennent bien, témoignage d'une mystérieuse fête galante d'un indiscible grand Meaulnes slave "

Armand Lanoux

22:50 Publié dans Peintres, Sculpteurs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Jean Pougny

Les commentaires sont fermés.